mercredi 12 octobre 2011

Chance.jpg

Celles qui me suivent sur Facebook (lien sur le côté), savent que j'ai eu la chance d'aller voir l'exposition du Musée des Beaux Arts consacrée à Jean Paul Gaultier.

Et pourtant, ça avait si mal commencé.
Flashback : Samedi 2 octobre, je me rends compte que procrastiner, c'est mal, puisque l'exposition finit le 3.
Dimanche 3 octobre. Après un RDV immanquable en début d'après midi, je déboule, sous la pluie devant le MBA. Au moment de passer l'entrée, le vigile:

-Vous avez un billet ?
- Je vais en acheter un
- La billeterie est fermée

Je ne cherche même pas, je rebrousse chemin. Dans ma tête il est 16h30, le musée va fermer. Ma faute.
Je regarde tout de même l'heure. 16h04. Autant dire que le pèpère m'a refusée l'entrée pour moins de deux petites minutes. Enfoiré. Voilà que je me morfonds.
Lundi 11h. Le père d'une amie, à Montréal pour une conférence, m'informe qu'il a deux places pour l'exposition, qu'ils ont réservé spécialement pour tous les conférenciers de la semaine. Si ça ne me gêne pas d'y retourner.. Tu parles ! La chance me sourit. J'arrive au MBA, ai le droit au discours du maire, à du vin, des mignardises, et pleins de mini desserts.
Pour couronner le tout, nous avions un accès VIP à l'exposition.
Moins de monde, de la bouffe, du vin, quoi de mieux ?
Comme quoi, y'a des fois, la vie est pas mal faite.


Bon et sinon, l'expo ?!
Pour aller voir une expo sur Jean Paul (Hey Bro'), je voyais mal comment ne pas mettre de marinière. Je me suis dit que c'était bateau (ahah), mais au final, j'étais la seule à en porter une. Comme quoi. On m'a d'ailleurs fait remarquer que c'était une très belle idée et un bel hommage. S'il faut ça pour vous satisfaire.

Avant d'arriver à l'expo, on nous prévient: " Vous allez pouvoir parler à Jean Paul".
(C'est cela oui. Et les médicaments, on les a pris ?)

Bon pour finir, la charmante dame avait raison. Enfin, disons que Jean Paul nous a plutôt fait un monologue (du vagin).
En effet, par une savante mise en scène, les mannequins parlaient. Pas juste une voix, non non, avec une bouche, des yeux et tout et tout. Comme de vraies personnes. Je reconnais avoir été bluffé. Jean Paul nous raconte son amour pour les vêtements, les vierges, etc...
A ses côtés, l'évolution de la célèbre marinière et les différents mixes dont elle a pu faire l'objet.

Chaque salle dispose de sa propre ambiance.
La première salle est dédiée aux célèbres corsets, notamment portées par Madonna. Les seins pointus, à la Absolument Fabuleux, on s'en souvient toutes. Le "Teddy" de JPG est d'ailleurs exposé, et je reconnais que voir des seins pointus sur un petit ours, ça m'a un chouilla décontenancée. Puis fait rire.
Des corsets ont été réalisés pour tous: hommes, femmes enceintes, danseuses, et dans toutes les matières: en python, en tulle, ...

Puis la salle SM / horreur, avec la BO de Secret Diary Of a Call Girl en fond sonore, et des tenues toutes plus extravagantes les unes que les autres. Des body façon chaire humaine, j'en passe et des meilleures.
Au milieu de tout ça, une robe en tulle qui m'a juste subjuguée. Si je pouvais en avoir une pareille. Bon, je mettrais tout de même un petit quelque chose en dessous.

J'ai été incapable de ne pas jeter un coup d'oeil aux chaussures. Vous voyez le tableau, la fille qui se penche et se met presque à quatre pattes pour voir la semelle. Boarf. Et j'ai eu la bonne surprise de voir que beaucoup étaient des Louboutins !

Niveau chaussures, j'ai été gâtée Louboutins, chaussures avec des clous (Jeffrey Campbell n'a rien inventé), escarpins palmes et j'en passe et des meilleures.

Ce qui m'a frappée, c'est aussi son ingéniosité. Des collants à poches pour glisseru un paquet de clopes, des parisiennes évidemment, des bijoux réalisés avec des boites de conserves, des vêtements en sac poubelle, ...

Dans la salle "globe". On se croirait en pleine jungle. Une mariée indienne (ok ok c'est pas super jungle), une autre tout droit venue d'afrique.

Quant à la tête de tigre, j'ai d'abord eu un mouvement de recul.
Bonne bête.
Et puis non, tout est fait en perles. Apparemment plus de 1000 heures de travail ont été nécessaires pour réaliser cette impression.

La femme redevient moderne, sur fond New Yorkais, le temps d'une salle.
Puis l'Andalousie, la Mongolie, la Sibérie, la Chine ... s'entrecroisent.

Enfin la dernière salle est consacrée aux réalisations de Gaultier pour le cinéma, notamment pour le Cinquième Elément.

J'ai juste adoré cette exposition. Voir des pièces de haute couture présentées, à pouvoir y coller son nez, c'est juste magique. La scénographie était irréaliste. A voir !

1 commentaire:

  1. Dès que l'occasion se présente, je fonce ! ça doit être top !

    RépondreSupprimer